N°1 de la transaction en immobilier d'entreprise !4 602 offres de bureau, entrepôt, local d'activité et commerce
01.47.59.17.21
du lundi au vendredi
de 9h à 18h
NOUS CONTACTER
Le fil de l'immo

Redynamisation des parcs d’activité de l’agglomération lilloise

Les parcs d’activités anciens de la métropole lilloise couvrent plus de 10 000 ha. Un rapport de mission rendu public fin 2018 liste les actions à mener pour leur redynamisation.

Un manuel de redynamisation des zones d’activités visant 9 zones distinctes

Depuis quelques années, la Métropole européenne de Lille (MEL) s’est engagée dans une politique volontariste en matière de parcs d’activités. En 2013, elle a même établi une « Charte des Parcs d’activités du XXIe siècle ». Depuis lors, l’aménagement de ces zones est guidé par ce document qui porte essentiellement trois ambitions : la durabilité écologique, économique et sociale ; l’attractivité économique pour tous types d’entreprises et principalement celles de la production et de la logistique1 ; l’innovation dans leur conception, leur réalisation, leur gestion et leur gouvernance.

L’avenir ne se dessine cependant pas sur une feuille vierge : des parcs d’activités anciens existent, il ne s’agit pas d’en faire table rase. C’est ce qui a décidé la MEL à engager une mission d’audit sur ce sujet. Le rapport en a été rendu public fin 2018. Ce rapport d’une centaine de pages constitue un véritable « manuel de redynamisation des zones d’activités ».

La mission a identifié 9 zones distinctes : CIT Roncq et Ravennes-Les-Francs au nord de la MEL ; La Houssoye, Zamin et Moulion Lamblin à l’ouest ; CRT Lesquin et ZI Seclin au sud ; ZI Roubaix Est et La Pilaterie à l’est.

>>> Découvrir tous les locaux et entrepôts à louer dans le Nord-Pas-de-Calais

Une déclinaison d’actions définie par parc

Pour chacune de ces zones, une carte d’identité est établie.

Ainsi, à titre d’exemple, pour La Houssoye :

Communes d’implantation : La Chapelle d’Armentières et Bois Grenier 

Taille : 140 ha 

Date de création : 1970 

Parcelles moyennes : 10 000 m² 

Vocation : transport, logistique – commerce

Implantations majeures : Charlet, LIDL, Becquet, Aldi Marché 

Nombre d’entreprises : 65 

Nombre d’emplois : 1 700.

S’ensuit un relevé de 24 critères notés de 1 à 4 concernant la fonctionnalité (accessibilité, desserte du parc, modes doux/transports en commun, équipements), la potentialité (constructibilité, mutabilité, nature du terrain, foncier) et la qualité (services, cadres de travail, stratégie/ animation, sécurité), le tout synthétisé par des bullet-points et des cartes de la zone.

Une fois ces données recueillies et synthétisées, une typologie d’actions, suivie de sa déclinaison potentielle est proposée. Par exemple : la modernisation des espaces publics pourra se traduire par une reprise des voieries dégradées, une gestion du stationnement, etc. Ou encore : la reconquête immobilière et foncière2pourra passer par une intervention sur le foncier vacant, une rationalisation de l’accès aux parcelles, une réhabilitation de l’ancien, etc.

Chacune des 9 zones est ainsi passée au peigne fin d’un audit serré duquel découle une série de préconisations. Une feuille de route précieuse qui concerne un total quelques 11 000 ha. A l’analyse de la batterie d’actions à entreprendre, on retrouve un souci évident de coller aux recommandations de la charte des parcs d’activités à construire. Ce qui passe par la prise en compte des transports doux, un renforcement des réseaux de communication, un déploiement du très haut débit, un développement de l’offre aux entreprises/ utilisateurs, et, en matière environnementale, la mise en place d’un système de management et une labellisation de la zone ou tout ou partie de ses bâtiments.

Articles similaires :

-Logistique : le marché des messageries

-Lille : des engagements forts pour renforcer la mobilité dans la métropole

-EKLA BUSINESS : 15 000 m² de tertiaire neuf pour Euralille