N°1 de la transaction en immobilier d'entreprise !4 686 offres de bureau, entrepôt, local d'activité et commerce
01.47.59.17.21
du lundi au vendredi
de 9h à 18h
NOUS CONTACTER
Le fil de l'immo

Renault & ARP Astrance - Repenser un lieu avec intelligence

Repenser le Technocentre Renault de Guyancourt et ses 12 000 postes est un challenge aux multiples enjeux. Avant d’imaginer la «cosmétique » des lieux, ce sont les aspects organisationnels, techniques et liés au bienêtre des salariés qui priment.
Renault et ARP Astrance nous expliquent leur méthode.

Cécile de Guillebon

Directeur Immobilier

BéatricMoal

Présidente

L'importance d'un référentiel pour gérer les sites à l'international

Capitaliser sur ses expériences afin d'injecter plus d'intelligence dans les projets : c'est l'option choisie par Renault. Le nouveau Technocentre Renault a fait naître différents standards, rassemblés dans un référentiel, qui encadrera la réflexion quant aux futurs sites à créer et à restructurer.
Ces standards consistent en des principes simples :

1 poste de travail par résident sur l’ensemble des sites

3 % au maximum de bureaux1 individuels cloisonnés, attribués selon dérogation statutaire

espaces collaboratifs Entre 1,1 et 1,5 place par poste

Surfaces Autant de surfaces en espaces collaboratifs qu’en surfaces2 de postes de travail

Workcafé Espace de travail informel pour se réunir, se détendre et favoriser la transversalité

Ce référentiel permet, en outre, d'offrir plus d'équité pour tous les sites dans le monde.

Vous menez un projet d’envergure avec le concours d’ARP Astrance. Quels en sont les enjeux ?

Cécile de Guillebon / Le site a 20 ans et nécessitait d'être repensé en profondeur. Ce projet de grande ampleur répond à de nombreux besoins : optimiser les espaces, traiter l’obsolescence technique, apporter plus de bien-être au travail. La démarche a 3 piliers : le management, la transformation digitale et l’environnement de travail. Inclure le management est capital, car on a pu voir des cas d’environnement de travail superbes, mais qui ne fonctionnent pas à cause du management (et l’inverse).
Un chantier de cet ordre se mène avec méthode et bon sens, en s'inscrivant dans un mode de fonctionnement agile... Même si la tendance est aux espaces collectifs et donc à l'intensification des usages, il faut avoir conscience que tous les immeubles ne le permettent pas techniquement : décider de créer des espaces partagés a des conséquences aussi élémentaires qu’une surcharge structurelle, la nécessité de modifier les débits d’air, de repenser les évacuations, etc. C’est pourquoi tout cet aspect technique, invisible au final, doit être abordé en amont avec une grande rigueur. L’aménagement final est pour ainsi dire cosmétique, c’est la face visible de l’iceberg.

L’individu est-il le point de départ de la réflexion ?

Béatrice Moal / Cette question est capitale. C’est pourquoi nous avons proposé à Renault d’intégrer très vite l’ambition d’être certifié WELL. Cela impose de nombreuses contraintes (débits d’air supérieurs aux standards, ergonomie, accès à la lumière naturelle, biophilie, espaces variés…), mais cela répond à la volonté d’offrir le cadre de travail le plus agréable et montre la considération que Renault porte à ses collaborateurs.

Avez-vous initié des actions pour stimuler l’intelligence collective ?

C de G / L’intelligence collective a été mise en œuvre dès l’amont du projet, puisque nous avons créé et testé plusieurs pilotes afin de recueillir l’avis des utilisateurs et optimiser la démarche. Les collaborateurs participent en ce sens au projet. Le nouveau Technocentre Renault laissera une grande place à des espaces favorisant la collaboration, la co-création et même la sérendipité : le bâtiment va devenir un lieu d’expérience et de rencontres. Décloisonner les espaces est une forme d’intelligence.

RÉUSSIR LA TRANSFORMATION

L’immeuble tertiaire a encore de beaux jours devant lui : « c’est le lieu qui incarne la réalité tangible, c’est un lieu d’expérience et de rencontre » précise Cécile de Guillebon. Réussir sa transformation implique de considérer divers aspects, notamment :

  • Adapter le site au développement des espaces collaboratifs,
  • Privilégier le bien-être des collaborateurs – services, nouvelles mobilités, biophilie, espaces extérieurs…
  • Réaliser des économies d’énergie,
  • Maîtriser les risques – pour les salariés, les visiteurs, les data et le patrimoine du site.

Autre articles susceptibles de vous intéresser :