N°1 de la transaction en immobilier d'entreprise !4 609 offres de bureau, entrepôt, local d'activité et commerce
01.47.59.17.21
du lundi au vendredi
de 9h à 18h
NOUS CONTACTER
Le fil de l'immo

Saga les Secteurs du Grand Paris : Châtillon, Montrouge et Bagneux : quand Vallée Sud se fait une place !

Saga les Secteurs du Grand Paris : Châtillon, Montrouge et Bagneux : quand Vallée Sud se fait une place !

Le Grand Paris est l’un des plus grands projets de développement urbain de notre temps et même de l’Histoire de France. Il vise à transformer la capitale en l’une des grandes métropoles mondiales du XXIe siècle. Certains territoires tirent particulièrement leur épingle du jeu : c’est le cas de Vallée Sud. Situé dans le département des Hauts-de-Seine, en périphérie sud de Paris, le territoire Vallée Sud – Grand Paris est géré par un Établissement Public Territorial spécialement créé le 1er janvier 2016 dans le cadre de la Métropole du Grand Paris. Il est né de la fusion de trois intercommunalités : les Communautés d’agglomération des Hauts-de-Bièvre, de Sud de Seine et la Communauté de communes de Châtillon – Montrouge. Nous traiterons ici plus particulièrement de Châtillon, Montrouge et de Bagneux, qui accueillent parmi les gares les plus impressionnantes du Grand Paris Express !

Châtillon et Montrouge : la promesse d’une nouvelle centralité

Grand Paris Express

Le nouveau métro de Paris repose sur la création de 200 kilomètres de lignes supplémentaires de métro automatique et de 68 nouvelles gares. Il desservira les trois aéroports de Paris, les quartiers d’affaires et les pôles scientifiques. En reliant les territoires de la métropole entre eux et avec Paris, il permettra à tous les habitants d’accéder aux grands pôles économiques. Il s’agit là d’un facteur de croissance extraordinaire pour la région et même pour la France entière. En renforçant l’attractivité et la compétitivité de la 1re région économique d’Europe, l’impact estimé à long terme est de plus de 115 000 emplois supplémentaires, et 100 milliards d’euros de PIB qui s’ajoutent à la croissance naturelle de la région.

Ce projet est l’opportunité d’inventer les services de la mobilité de demain, d’imaginer un nouveau modèle pour la ville du XXIe siècle, et de nouvelles synergies entre digital et transport, facteurs clés de l’attractivité du territoire. Parcouru d’un véritable pipe-line de fibres optiques, équipé de data centers et des dernières générations de réseaux wifi et mobile, le Grand Paris Express a pour ambition d’être le métro le plus digital du monde. Grâce à cette autoroute numérique, les citoyens, entreprises et collectivités auront accès à une profusion de nouveaux services personnalisés et collaboratifs basés sur l’open data.

Gare Châtillon – Montrouge

Située à Montrouge, la gare de Châtillon – Montrouge est en contact direct avec les communes de Châtillon, Bagneux et Malakoff. Cette future gare, l’une des stations de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express, reliera Pont de Sèvres à Noisy – Champs. Elle se trouve au croisement de la gare routière et de l’actuelle station de métro de la ligne 13. Bordée par les voies ferrées et des axes routiers à fort trafic, elle s’implante dans un espace particulièrement contraint. Elle a donc fait l’objet d’un traitement architectural particulier. David Trottin, de l’agence Périphériques, l’a imaginée très profonde (plus de 30 mètres).

L’implantation de la gare du nouveau métro a nécessité le déplacement de la gare routière. Commencés à l’été 2015, les travaux prendront fin en 2024. Les travaux préparatoires, achevés cette année, ont consisté à déplacer les réseaux enterrés pour libérer l’espace nécessaire à la construction de la gare souterraine. Mais le jeu en vaut la chandelle : 20 minutes seront nécessaires pour se rendre dans le quartier de La Défense, contre 32 minutes aujourd'hui. Et les chiffres de fréquentation sont vertigineux : 18 500 voyageurs sont attendus chaque matin.

Avec l’arrivée du Grand Paris Express, la ville de Montrouge prépare le réaménagement du quartier de la future gare. Commerces, places publiques… c’est tout un quartier qui est à réinventer à l’occasion de ces travaux.

>>> Découvrir les offres de locaux et entrepôts à louer à Montrouge

>>> Découvrir les offres de locaux et entrepôts à louer à Chatillon

La Porte de Montrouge

Cette opération, menée de 2000 à 2017 à la porte de Châtillon, visait à requalifier un quartier dégradé, et à améliorer la qualité de vie par un programme mixte équilibré et la création d’équipements publics. En effet, le quartier de 60 000 m² SDP est composé de 35 900 m² de logements, de 18 600 m² d’activités et de 1 200 m² de commerces. Il devait aussi incarner une signature architecturale forte à l’entrée de la ville, face au périphérique.

Outre le boulevard périphérique, la Porte de Montrouge est notamment desservie par les lignes 4 et 13 du métro, 3 lignes de bus et la ligne T3 du tram. Les déplacements piétons, quant à eux, sont facilités par l’ouverture du cœur d’îlot sur le quartier et par un partage équilibré de la voirie entre les différents modes de circulation. Les espaces libres et naturels se développent au travers de la création d’un espace vert en cœur d’îlot d’une surface de 3 700 m². L’un des derniers lots de l’opération a accueilli un bâtiment passif de 70 logements en accession libre, avec une école maternelle de 8 classes.

>>> Découvrir les offres de bureaux à louer à Montrouge

>>> Découvrir les offres de bureaux à louer à Chatillon

Bagneux : une nouvelle urbanité très attendue !

Grand Paris Express – Gare Bagneux

Située à la porte d’entrée de la future ZAC1 Victor-Hugo, la gare Bagneux de la ligne 15 fait partie des gares les plus profondes du Grand Paris Express, avec ses 38 mètres de profondeur. La ville bénéficie en surcroit d’une spécificité particulière puisque se poursuivent en parallèle les travaux de prolongement très attendus de la ligne 4. Même si le décalage de 2 ans entre le projet M4 et le projet L15 n'a pas permis de penser une seule et même gare pour les 2 métros, il y aura une interconnexion forte entre les deux gares grâce à une place aménagée pour avoir un échange entre les usagers autres que souterrains.

Marc Barani, de l’Atelier Barani, a pensé le parcours des futurs usagers et conçu l’architecture de cette gare comme un vecteur de développement urbain « puisque les transports, ce sont des gens qui se rencontrent, qui se déplacent, et qui du coup peuvent fonder des relations entre eux et être un vecteur de développement pour la ville ». De fait, l’arrivée du métro donne lieu à de nombreux projets, avec notamment le développement d’une ZAC autour du quartier de la gare.

Grâce à la ligne 4, il faudra moins de 30 minutes pour accéder à toutes les stations du métro au sud de la Seine ainsi qu’à Châtelet-les-Halles. Elle correspond avec toutes les lignes de RER, la quasi-totalité des lignes de métro et la ligne 15 du Grand Paris. La ligne 15 quant à elle dessert 16 gares et 22 communes. Le temps de transport Bagneux – La Défense passera de 57 à 21 minutes, et le trajet vers l’aéroport d’Orly passera de 51 à 15 minutes. Près de 37 000 voyageurs sont attendus chaque jour.

>>> Découvrir les offres de locaux à louer à Bagneux

>>> Découvrir les offres de bureaux à louer à Bagneux

L’îlot gares

Au cœur du projet urbain du quartier Nord de Bagneux, l’îlot gares contribuera au développement d’une opération d’envergure afin de créer un pôle de dimension métropolitaine autour des deux métros. Le quartier offrira aux habitants et salariés de Bagneux de nouveaux services de proximité, mais également de nouveaux commerces et espaces publics.

Répartis sur 3 lots constructibles, sur 36 000 m² de surface de plancher, ce sont 500 logements en accession à la propriété, accession sociale et locatif social, 10 000 m² de bureaux2, 6 000 m² de commerces de toute taille (petits commerces, supermarché et restaurants) et un équipement multifonctionnel qui sont prévus.

L’entre-deux gares

La station de la ligne 4 jouera sur une architecture élégante avec une toiture circulaire et des jeux de transparences, au cœur de la place, tandis que la station du Grand-Paris Express se déploiera sur 6 niveaux souterrains. Autour de ces deux nouvelles gares, une place publique sera créée. L'agence Arte-Charpentier l’a imaginée en deux parties :

-La « grande place », plantée d'arbres de hautes tiges, est conçue pour être un espace vivant pouvant accueillir des marchés à thème, des concerts, des animations ludiques.

-Un « espace salons » en plein air, plus calme, planté d'arbres à l'échelle du piéton, invite à la détente.

Ces deux espaces piétonniers accueilleraient aussi les vélos et les bus qui circuleraient sur une voie réservée. Les voitures contourneront la place pour rejoindre le rond-point des Martyrs au nord des métros. 720 places de stationnement souterrain seront créées. La place qui est une véritable incarnation de l'intermodalité !

L’équipement multifonctionnel de 4 000 m2 participera aussi à la vie de cette place : le lieu sera spécialement conçu pour accueillir des ateliers sportifs et culturels, et des services publics et privés qui restent à imaginer lors d'ateliers avec les habitants.

L’écoquartier Victor-Hugo

Dans le quartier de la gare, la ZAC Victor-Hugo a été créée en décembre 2015 pour relier plus fortement les quartiers entre eux, intégrer les préoccupations environnementales, marquer l'entrée de ville par un traitement architectural affirmé et favoriser une densité maîtrisée autour de la gare.

L’ambition est également de créer des emplois, de favoriser la diversité des programmes et la mixité sociale, et de créer des équipements publics au service de tous, tout en maîtrisant la spéculation immobilière. Ce dernier point est important, car Bagneux est une ville plutôt bon marché. La forte proportion de logements sociaux (67 %) justifiait pour l'instant la faible cote de la ville. Mais dès qu’une nouvelle opération y est lancée, a fortiori autour des futures gares, l’intérêt des acquéreurs est immédiat. Pour contenir la spéculation immobilière autour du métro, la municipalité a créé une charte de la construction et de la promotion à l'attention des promoteurs. Avec obligation précise de vendre les logements 10 % en dessous du prix du marché et même jusqu'à 20 % en dessous pour les primo-accédants. Par ailleurs, un cahier de prescriptions architecturales, urbaines et paysagères fixe des normes contraignantes pour les choix des matériaux.

L’écoquartier s’étend sur 19 hectares et proposera, à son achèvement en 2024, 1 500 logements, 25 000 m2 de commerces, 110 000 m2 de bureaux, une coulée verte pour les piétons et vélos au cœur de l’écoquartier, un nouveau jardin public et de nouveaux espaces verts. Les premiers bureaux de la ZAC ont été inaugurés en octobre 2016 avec la livraison de l’immeuble Résonance. Il est composé de 25 000 m2 de bureaux et occupé par 450 salariés de l’entreprise Neopost. L’immeuble Symbiose de HRO représentera quant à lui la nouvelle vitrine économique du quartier avec ses 54 000 m2 de bureaux qui accueilleront 4 000 nouveaux salariés. Signé Arte Charpentier, il est composé de deux bâtiments communicants, de vastes plateaux de 3000 m2 divisibles, avec terrasses aux 6e et 7e étages. Il sera livré au 2e semestre 2020 et labellisé HQE3 Exceptionnel et Breeam4 Excellent.

Autres articles susceptibles de vous intéresser :