N°1 de la transaction en immobilier d'entreprise !4 750 offres de bureau, entrepôt, local d'activité et commerce
01.47.59.17.21
du lundi au vendredi
de 9h à 18h
NOUS CONTACTER
Le fil de l'immo

Nice : Sophia Antipolis souffle ses 50 bougies

Nice : Sophia Antipolis souffle ses 50 bougies

En 1969, au milieu de la garrigue de l'arrière-pays niçois, l'ingénieur Pierre Lafitte rêve d'un « Quartier Latin des champs » et imagine un lieu de fertilisation croisée entre universités, entreprises et artistes. Aujourd'hui, la première technopole d'Europe célèbre ses 50 ans. Avec 2500 entreprises et près de 38 000 emplois, Sophia Antipolis s'affirme désormais comme un pôle mondial incontournable de l'innovation et de la recherche.

Retour sur l'histoire de la technopole azuréenne et les grandes opérations d'aménagement qui inventent Sophia 2030.

Inventer la Silicon Valley française

Inspiré par le parc scientifique de Stanford, Pierre Lafitte propose en 1969 un concept totalement novateur qui réunit en un seul et même lieu : entreprises, laboratoires de recherche, universités, start-up et industriels. Si l'implantation du projet était initialement prévue en région parisienne (à Saclay puis à Fontainebleau), c'est finalement 2400 ha au cœur des parcs naturels de la Valmasque et de la Brague, à cheval sur les communes d’Antibes, Biot, Vallauris, Valbonne et Mougins qui seront retenus pour poser la première pierre de cette Cité internationale de la sagesse, des sciences et des techniques.

L’État crée alors une Zone d’Aménagement Différé (ZAD) sur laquelle L’Oréal acquiert un premier terrain pour y implanter un centre de recherche en dermatologie. Puis c'est l'arrivée de l'école des Mines, de Franlab (filiale de l'institut Français du Pétrole) ou encore de Air France en 1977.

Dans les années 80, l'implantation de la société américaine Digital Equipment marque le véritable take-off de Sophia Antipolis avec l'arrivée de grandes entreprises étrangères.

Les années 90 marquent les débuts de la révolution Internet et le parc accueille alors les grands noms de l'époque que sont Ascend, Allied Signal, Sun ou Lucent Technologies.

Au gré des grandes avancées technologiques, les activités présentent sur le technopole évoluent : les télécoms font place au numérique, puis c'est au tour des biotechnologies, de la micro-électronique ou de l’intelligence artificielle de s'implanter sur cette nouvelle terre d'accueil pour les entreprises innovantes.

Aujourd'hui Sophia Antipolis est devenue une référence mondiale sur 3 domaines d’activité : les technologies de l’information, les sciences de la vie et le secteur des écotechnologies. Avec près de 2500 entreprises sur le parc, PME et start-up côtoient Amadeus, Cisco Systems, Dassault Systems, Orange, Hewlett Packard, Nvidia, Intel, Symantec, American Express, Toyota, Samsung ou encore Huawei, favorisant ainsi les synergies de disciplines technologiques et scientifiques diverses.

Sophia Antipolis abrite également des instituts de normalisation internationale (W3C, ETSI), des pôles de compétitivité (dont Solutions Communicantes Sécurisées), des grandes écoles (Polytech’Nice, SKEMA) et des instituts de recherche (INRIA, CNRS, INRA).

A noter enfin le volet environnemental de la technopole azuréenne est très exigeant et partie intégrante de l'ADN du projet : les grands principes d'aménagement du site concilient en effet 1500 hectares d’espaces verts protégés et 800 hectares d’espaces de loisirs, d’habitat et de travail ponctués de bâtiments conçus en totale harmonie avec le paysage.

Sophia Antipolis en 2030

Alors que le parc fête ses 50 ans cette année, les projets de développement se poursuivent pour dessiner Sophia 2030. Après une année 2018 particulièrement florissante en matière de transactions immobilières, 3 grandes opérations d'aménagement sont actuellement en cours, développant une surface bâtie supplémentaire de plus de 500 000 m² d'ici à 2020.

  • La ZAC1 des Clausonnes : Open Sky

Présenté lors du MAPIC 2018 à Cannes, le projet Open Sky se situe sur la technopole de Sophia Antipolis dans le périmètre de la commune de Valbonne. Il concerne 100 000 m² et prévoit le développement d'un centre commercial2 de 43 000 m², 20 000 m² de bureaux neufs, 10 000 m² dédiés à de l'hôtellerie, des restaurants (5 000 m²) et près de 3000 m² d'espaces de conférences. Signé par l'architecte Gianni Ranaulo, l'ensemble forme un monolithe ondulant aménagé autour d'un vaste plan d'eau, s'inscrivant ainsi en parfaite harmonie avec le parc de la Valmasque.

Découvrez les offres de bureaux neufs à vendre à Nice

  • La ZAC du Fugueiret

En complément des Trois Moulins à Antibes, des Clausonnes à Valbonne et de Saint Philippe à Biot, près de 25 000 m² vont être construits au Fugueiret dans le cadre du programme de la Cité du savoir (siège de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis, business Pôle..)

  • Les Trois Moulins : Ecotone

Positionné sur une emprise de près de 4 hectares situés sur la commune d'Antibes, le très attendu projet Ecotone est mené en partenariat avec Xavier Niel et réalisé par les cabinets d'architecture de Jean Nouvel, OXO et AAFB. Le futur campus (inspiré de la Station F à Paris), dont la livraison devrait intervenir d'ici 2022, porte 3 ambitions principales : dessiner la nouvelle image tertiaire de Sophia Antipolis, inventer le campus du 21e siècle et devenir le pôle d’excellence du biomimétisme sur la région.

Ecotone développera à terme 40 000 m² d’activités tertiaires dont 32 000 m² de bureaux3, un hôtel, 1200 m²de services dédiés aux utilisateurs du site, 715 places de parking et 25 000 m² d’espace verts.

Enfin en matière de transports et afin de fluidifier la circulation, un bus-tram sera mis en place d'ici la rentrée 2019. Egalement en projet (fin 2020), des navettes autonomes permettant de relier les entreprises du site au terminus du bus-tram.

Autre articles susceptibles de vous intéresser :